13.12.2013 | Disséminations expérimentales


131212olivefly
Larve d'une mouche de l'olivier. Image :Giancarlo Dessì

L’entreprise britannique Oxitec a retiré sa demande visant à lâcher des mouches de l’olivier transgéniques en Espagne. C’est ce que rapporte le service d’information allemand Gentechnik. Les autorités espagnoles nourrissent des doutes quant à l’innocuité des insectes transgéniques. Selon Camilla Beech, responsable des demandes d’autorisation auprès d’Oxitec, l’Espagne exige deux études supplémentaires en vue d’examiner les effets du lâcher sur les prédateurs naturels des mouches de l’olivier comme les araignées, et sur les guêpes parasites. Oxitec entend procéder aux études en question dans les mois à venir, ensuite de quoi elle reposera une demande de dissémination des insectes transgéniques.

Oxitec fait l’objet de critiques depuis longtemps. On lui reproche d’avoir tenté à plusieurs reprises d’influencer la réglementation relative aux insectes transgéniques dans l’Union européenne. L’association Testbiotech met en garde contre les risques liés aux disséminations, car il peut y avoir des développements imprévisibles hors laboratoire. Les insectes GM sont porteurs « d’ADN synthétique qui est un mélange d’ADN provenant d’organismes marins, de bactéries, de virus et d’autres insectes ».