171028akzeptanz fr


La population est-elle plus susceptible d'accepter les nouvelles méthodes de génie génétique que celle de première génération? Non! C'est le résultat d'un projet de recherche mené par l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR). La BfR a interviewé plusieurs groupes d’intérêt sur CRISPR/Cas et l'édition du génome. La première étape a consisté à déterminer combien de personnes connaissent les termes édition du génome ou CRISPR/Cas. Le résultat est surprenant, 95% n'étaient pas familiers avec ces termes.

Les participants à l'enquête ont ensuite visionné une vidéo d'information sur l'édition du génome. Par la suite, on leur a demandé d'évaluer divers facteurs tels que le naturel, le risque et le potentiel d'application. En outre, il a été examiné comment l'édition du génome est classée par rapport au génie génétique conventionnel et quelles sont les exigences en matière d'information et de réglementation.

Il était très clair que l'édition du génome est une forme de génie génétique pour les personnes questionnées. Les réserves émises sont similaires à celles exprimées pour les techniques de génie génétique conventionnel (transgénèse). Les nouvelles techniques de génie génétique sont également perçues comme des manipulations techniques par l'homme. Les aliments élaborés à l'aide de l'édition du génome sont jugés non naturels par 87 % des questionnés et sont rejetés par la majorité d'entre eux, tout comme les méthodes conventionnelles de génie génétique.

La tentative de séparer conceptuellement les anciennes et les nouvelles méthodes de modification génétique et d'imposer une différence avec des définitions différentes est perçue comme une tentative motivée par des intérêts par des bénéficiaires potentiels, par exemple l’industrie pharmaceutique ou agrochimique. La lutte contre la famine n'est pas non plus largement acceptée comme justification de l'utilisation des nouvelles méthodes de génie génétique, car la faim est avant tout perçue comme un problème lié à la distribution de nourriture. Leur utilisation dans les pays pauvres n'est donc une option que pour un petit nombre de personnes interrogées car il est craint des conséquences négatives pour les agriculteurs et l'environnement. L'affirmation selon laquelle les aliments produits par l'édition du génome pourraient être naturels est même perçue comme une tromperie délibérée.

Les avantages des nouvelles méthodes de génie génétique sont remis en question, notamment dans le secteur alimentaire, et sont donc rejetés par la majorité ; 61 % des questionnés disent qu'il est peu probable qu'ils achèteraient des aliments produits par l'édition du génome. Les personnes interrogées considèrent que les motivations financières de l'industrie sont le moteur, ce qui n'apporte aucun avantage au consommateur. Selon eux, les inconvénients et les risques éventuels l'emportent sur les bénéfices potentiels, en particulier les effets sur la santé humaine. Le fait que, selon l'état actuel de la recherche, aucune déclaration ne peut être faite sur les effets possibles à long terme a également suscité des craintes parmi les personnes interrogées.

L'absence de traçabilité des applications de l'édition génomique est également une préoccupation majeure. La majorité des questionnés craignent d'être privés de la liberté de décider de consommer ou non de tels aliments. Les produits issus de l'édition du génome devraient donc être étiquetés de la même manière que ceux issus du génie génétique conventionnel, car la transparence est la condition préalable à une décision d'achat éclairée. L'exigence la plus importante pour les autorités de régulation est leur indépendance vis-à-vis de l'industrie ou d'autres intérêts financiers et politiques.

En revanche, 79% des personnes interrogées jugent acceptable l'utilisation de l'édition du génome dans le domaine médical, en particulier dans la lutte contre les maladies héréditaires. Les différentes évaluations de l'application de l'édition du génome dans le secteur médical ou agricole sont perçues par la nécessité: ce n'est pas évident dans l'agriculture, mais c'est certainement le cas dans le domaine médical, par exemple s'il n’y a pas d'alternative pour sauver des vies. En général, les lignes directrices en médecine suscitent une plus grande confiance. Cependant, une réglementation claire est nécessaire pour prévenir les abus.

Lien externe: Perception de l'édition du génome (CRISPR/Cas9). Institut fédéral allemand d'évaluation des risques