Disséminations expérimentales News

golden rice indien angepasst1 Le riz est la principale source de nourriture pour une large partie de la population indienne. Photo : fotolia

Le riz doré génétiquement modifié est souvent présenté comme un atout majeur pour lutter contre la carence en vitamine A dans le monde. Développé par l'ETH Zurich en collaboration avec Syngenta, il est censé offrir un apport accru en vitamine A aux personnes les plus pauvres qui ont un régime alimentaire peu diversifié, essentiellement basé sur le riz. Après des années de controverses et de critiques émanant aussi de petits exploitants de pays asiatiques, une équipe de chercheurs indiens vient de publier une étude sur l’utilisation du riz doré, qui soulève de sérieux doutes quant à sa capacité à combler efficacement les carences en vitamine A.

28.07.2015 | Disséminations expérimentales

170714banane En Ouganda, la banane plantain fait partie des aliments de base. Photo : Clipdealer

Une équipe de chercheurs australiens de la Queensland University of Technology a mis au point une banane génétiquement modifiée présentant une concentration en provitamine A supérieure aux bananes africaines. Développée ces dix dernières années avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates, qui a investi près de 7,6 millions de dollars dans le projet, cette banane est censée sauver chaque année des centaines de milliers d’enfants menacés de cécité suite à des carences en vitamine A. Il est maintenant prévu de passer à des essais de terrain en Ouganda, où la banane plantain fait partie de l’alimentation de base et où les problèmes de malnutrition sont particulièrement aigus.

28.07.2015 | Disséminations expérimentales

800px Aedes aegypti
Oxitec, l’entreprise qui a mis au point des moustiques génétiquement modifiés, attend depuis plusieurs années l’autorisation de les disséminer expérimentalement en Floride, dans les îles Keys. Une nouvelle étape vers l’autorisation de ces lâchers vient d’être franchie.

Le 5 août 2016, la Food and Drug Administration (FDA) a clos la période de commentaires publics et a publié la version finale de son évaluation environnementale du moustique génétiquement modifié OX513A d’Oxitec.

28.07.2015 | Disséminations expérimentales

150728olivenfliege
Oxitec veut lâcher jusqu’à 5000 mouches transgéniques par semaine près de Tarragone. Photo : Alvesgaspar

La société britannique Oxitec, une start-up britannique, liée à l’Université d’Oxford et à la multinationale Syngenta, a demandé une autorisation  pour la dissémination expérimentale de mouches de l’olivier (Bactrocera oleae) transgéniques en Espagne. Chaque année, les dégâts causés par ce petit insecte de quelques millimètres sont importants, et les pertes annuelles estimées à plus de 700 millions d’euros. La mouche pond ses œufs directement dans les fruits. Quand la larve se développe, la pulpe se dégrade et s’oxyde au contact de l’air, puis les fruits tombent.

Les mouches Oxitec sont porteuses d’ADN synthétique combinant l’ADN d’organismes marins, de bactéries, de virus et d’autres insectes.Les insectes modifiés possèdent un construit transgénique qui cause la production d’une protéine toxique qui tue l’insecte. Les mâles transgéniques s’accouple avec les femelles sauvages et les larves meurent.